Président Conseil Economique et Social du Sénégal

16 septembre, 2010

Pour 2012, nous n’avons pas le droit d’échouer

Classé sous Politique — oumane masseck ndiaye @ 20:08

«Seul le travail d’équipe est salutaire», dira le président Ousmane Masseck Ndiaye qui, dans la foulée, demandera à tous les responsables politiques d’unir leurs forces pour assurer au candidat Président, Me Abdoulaye Wade, une victoire éclatante pour les présidentielles de 2012. En solo ou en équipe, l’ancien édile et secrétaire général de la fédération départementale Pds de Saint Louis ne ménagera aucun effort pour accompagner le Président de la République, pour l’obtention d’un 3ème mandat. Saint-louis 350 ans !

 

C’était le thème à l’ordre du jour. Elie Charles Moreau, qui animait le panel «Creuset culturel et touristique, quelles options pour son développement ?», a d’emblée insisté sur la promotion du tourisme intérieur, qui servira de passerelle entre les fils de Saint Louis de toutes obédiences : «il faut impérativement qu’on installe des Assises culturelles, artisanales et touristiques de Saint louis, pour prendre l’histoire et la postérité à témoin», a-t-il déclaré.

Une incursion dans le football a permis à l’écrivain d’affirmer que : «le meilleur footballeur de l’histoire est Yatma Diouck et le meilleur latéral est Petit Guèye».

Abdoulaye Diaw revisitera l’histoire du football national, en soutenant qu’un fils de la ville a été nommé parmi les 100 personnalités africaines du siècle : «il s’agit du boxeur Mbarik Fall allias Batling Siki. Pourquoi ne pas penser à lui pour lui donner le nom d’un stade à Saint Louis ? Idem pour Mawade Wade».

Abdoulaye Diaw mettra également en lumière l’apport décisif des fils de Saint louis, lors des Jeux de l’Amitié en 1963 (joueurs, dirigeants, reporters…) ; avant de revenir sur le talent de Bamba Sano, le célèbre attaquant de la Linguère des années 1970 : «le meilleur Bamba Sano a été celui qui a évolué à l’Essor, l’ancêtre des Almadies».

Justifiant l’exode des sportifs, le chroniqueur sportif ajoutera qu’il s’agit d’un mal nécessaire, puisqu’il participe de la promotion économique et sociale de l’individu.

Ousmane Masseck Ndiaye précisera : «j’ai dû décaler une rencontre avec le Président tunisien, Mohamed Ben Ali, pour aller rendre visite aux joueurs de la Linguère qui s’apprêtaient à disputer une rencontre de Coupe d’Afrique». Et l’ancien maire de poursuivre : «il faut se battre pour la réhabilitation du stade Me Babacar Sèye».

S’adressant à la presse au terme de ce conclave, Ousmane Masseck Ndiaye justifiera sa tenue en ces termes : «Pour moi, les 350 ans sont une occasion, pour se parler autour de l’essentiel qui est le développement de Saint Louis. Les fils de cette ville ont les moyens de créer les conditions de son développement et de contribuer à bâtir une nation. Il faudrait donc que les fils se parlent pour relancer l’économie locale, car si chaque fils construisait une demeure tout en gardant les vestiges des maisons familiales, on aurait une ville moderne. Nous devons donc nous retrouver pour parler le même langage».

A une question sur «l’équation» Ahmed Fall Braya, le président de la fédération urbaine Pds de Saint Louis, Ousmane Masseck Ndiaye, répondra par une boutade : «La charge de la preuve incombe à celui qui sort une assertion ». En d’autres termes, Ahmed Fall Braya qui soutient être envoyé par le Secrétaire général national du Pds, Me Abdoulaye Wade, devra montrer la preuve par écrit qu’il a été mandaté. Le Président du Conseil économique et social précisera sa volonté de ne prendre part à aucune polémique : «Depuis 1998, vous ne m’avez jamais entendu attaquer un responsable de mon parti».

Pour l’heure, il a soutient : «J’exerce les fonctions de secrétaire général de la Fédération départementale Pds de Saint Louis».

Revenant sur les élections locales du 22 mars dernier, le patron des libéraux de Saint louis indiquera : «Il faut lire les résultats, nous avons obtenu 11000 voix, la liste de Braya 5000, les 2 autres listes qui soutiennent le Président Wade ont obtenu 1000 et 1000 ; alors qu’a contrario, la liste de Benno a eu 16000 voix contre 19000. Il y a donc la perte de l’exécutif local, bien que nous nous soyons majoritaires. Notre poids électoral est donc en hausse, arithmétiquement».

Faisant allusion aux projets d’investissements émis par les bailleurs à Saint louis, le secrétaire général de la Fédération départementale de Saint louis affirmera que : «certains étaient prêts à le faire, au regard de mes relations personnelles. Et pour l’heure, nous disposons d’un lot de 200 ordinateurs que l’on donnera aux écoles».

Enfin, parlant des perspectives électorales, Ousmane Masseck Ndiaye renseignera que : «nous devons respecter les structures en place ; et une fois qu’on arrive au placement des cartes, peu importe celui qui sera à la tête du Pds. Pour l’heure, il faut mettre sur pied un programme de redynamisation qui engage tout le monde, car beaucoup de responsables s’agitent. Il s’agit de l’élection du Président de la République, nous n’avons pas le droit d’échouer et je ferai tout pour créer les conditions d’une victoire en solo ou en équipe».

Laisser un commentaire

TEK YOL DEVRiM |
presidentomarelbechir |
En Parler-EN PARLER_DE VIVE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | rcdtubirets
| rogerbardelaye
| ESSYAVECA ?